Accueil du site > Actualité > Lorsque les hirondelles et martinets ont faim et ont froid

Lorsque les hirondelles et martinets ont faim et ont froid

Suite à un constat, quelques gestes simples que vous pouvez faire chacun depuis chez vous.

Le 15 mai 2010, le magazine « Univers Nature » a largement alerté ses lecteurs du danger actuellement encouru par les hirondelles et les martinets. Nous désirons faire échos ici à cette alerte.

Pensez à parler de cela à vos voisins, car plus nous pouvons agir en cohérence, et plus nous serons efficaces.

Si comme les années passées de nombreux constats de destruction de nids d’hirondelles et de martinets sont relevés [1], la météo actuelle n’est pas en reste en causant une mortalité exceptionnelle de ces populations. Dans les régions les plus touchées, Auvergne, Dordogne, Limousin et Pyrénées, les hirondelles et les martinets en train de couver ne trouvent plus suffisamment d’insectes pour se nourrir, eux et leur progéniture ...

Comme l’explique Pascal Farcy dans la brève d’information, ce phénomène touche, toutefois, principalement les hirondelles. En effet, les martinets n’hésitent pas à changer temporairement de région et donc à s’éloigner de plusieurs dizaines, voire centaines de kilomètres, de leur nid. Durant cette période, pour tenter de survivre jusqu’à une bonne semaine, les jeunes privés de nourriture sont plongés dans un état de léthargie avec une baisse de leur température corporelle et rythme cardiaque. Si leurs parents reviennent à temps, ils sont alors littéralement gavés des centaines d’insectes stockés dans leur gorge.

Si cette caractéristique, spécifique des jeunes martinets en Europe, permet de limiter la mortalité juvénile lorsque les proies se font rares, il n’en va pas de même pour les hirondelles. Adultes comme oisillons n’ont pas le même étonnant niveau d’adaptation/performance des martinets [2], et sont à ce titre plus dépendants des conditions locales.

Ceci dit, outre les insecticides qui les empoissonnent à petit feu via les insectes qu’ils ingèrent, la principale menace qui pèse sur ces oiseaux, hirondelles comme martinets, demeure la destruction de leurs nids par l’homme. Pourtant, des solutions simples permettent une cohabitation intelligente. Pour éviter les excréments et autres salissures sur les murs et à leurs pieds, il suffit de placer une petite planche, quelques centimètres en dessous des nids, et de la nettoyer à la fin de saison, en septembre. Toutefois, attention, ne procédez pas à une telle installation actuellement, les risques seraient grands de causer l’abandon du nid. Cette installation ne doit se faire qu’entre septembre et février, hors de la présence des oiseaux.

[1] Toutes les espèces d’hirondelles, des plus communes au plus rares, sont protégées en France par la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature, auquel s’ajoute l’arrêté ministériel du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Les martinets sont également protégés par la loi de 1976. Dans le cas des hirondelles, tout auteur d’une infraction est passible d’une amende de 9 000 euros et d’une peine d’emprisonnement de six mois. Sur les autres pays, des dispositions similaires ont été prises.

[2] Voir le dossier que le magazine Echo Nature a consacré au « Martinet noir, l’oiseau qui dort en volant » Numéro de mai-juin 2010, Echo Nature n°31



Thomas EGLI,
date de publication : 25 mai 2010,
date de dernière mise à jour : 25 mai 2010


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :





La Météo sur le Domaine

Derniers commentaires

  • Des perles dans les sous-bois

    La culture en forêt de plantes ornementales ou médicinales marie économie et écologie Par Jean Hamann Il n’en pas simple de (...)

    - 02/04/2010