Accueil du site > Qui sommes nous > Vignes de Sauternes

Vignes de Sauternes

Pour l’amour du bon vin

La Ferme du Domaine de la Chapelle détient ses propres rangs de Sauternes, inscrits aux quotas de plants de l’AOC.

En venant passer entre une semaine et six semaines sur la Domaine, vous avez accès à ce vignoble, mais également à sa connaissance que nous en avons et aux expérimentations qui y sont réalisées dans le domaine des sociétés végétales.

Et chose extrêmement rarissime, vous pourrez venir contribuer aux travaux de la vigne de vos propres mains et repartir avec le vin que vous aurez touché du doigt.









Les vins de Sauternes sont issus des vignobles des communes de Sauternes, Barsac, Preignac, Fargues et Bommes.

On y trouve un encépagement composé de Sémillon, Sauvignon et Muscadelle, aussi traditionnel que les vendanges manuelles. Conformément à la réglementation, les vins ayant droit à l’appellation Sauternes proviennent de raisins arrivés à surmaturation par pourriture noble et récoltés par tries successives. Vinifiés dans les règles de l’art, puis élevés de 1 an à 1 an et demi durant (3 et 4 ans au Domaine de la Chapelle !) les Sauternes sont des vins de très longue garde, d’une complexité et d’une richesse phénoménales. Avec leur couleur vieil or, leur caractère « rôti » exceptionnel, ils constituent l’idéal des blancs liquoreux et sont probablement le dénomination de vin blanc la plus réputée au Monde.

La parcelle de Sauternes du Domaine de la Chapelle fait un peu plus de 1 hectare, est entourée de forêt et de murs de pierre sèche - qui lui garantissent ses flaveurs très particulières et recherchées - et délivre, d’une saison à l’autre, entre 2’000 et 3’000 bouteilles de 75 Cl d’un fabuleux nectar issu de la rencontre d’un raisin, d’un sol, d’un microclimat, et d’une moisissure, le tout en compagnie bienveillante des vignerons du Domaine, qui ne font qu’accompagner la magie chaque année renouvelée de Mère Nature.

 Un microclimat, un goût particulier

Situés dans le bassin du Ciron, le sol viticole de Sauternes s’est développés dans un environnement climatique et géomorphologique notablement différents de ceux des Graves environnantes. Sur le Sauternais, le substrat calcaire, jusque-là très peu affleurant, s’épanouit le long du Ciron. Cette disposition s’explique par les déblaiements vigoureux que cette rivière a effectués dans les alluvions de la Garonne au cours de la dernière période glaciaire.

Le vignoble de Sauternes est sur l’interfleuve entre Brion et Ciron, petites rivières qui drainent les Landes vers la Garonne. Il s’agit d’un vignoble de gradins mous, aux entailles et expositions multiples, mais dont le regard d’ensemble est septentrional. Barsac est un vignoble de versant très doux, plutôt orienté vers l’est. Couplée aux influences climatiques de l’Océan et de la Garonne, cette caractéristique lui confère un régime hygrométrique qui favorise les brumes et les sols frais et... la pourriture noble, véritable trésor des viticulteurs : le botrytis.

 Un vin AOC accueille des expérimentations écologiques

Le Botrytis cinerea est un champignon qui vit en symbiose avec le grain de raisin. C’est un champignon microscopique appartenant au groupe des ascomycètes, représentés par 1 600 genres et 12 000 espèces (dont les levures, l’ergot du seigle, les morilles et les truffes, le pénicillium etc.). Certains sont très bons pour la santé, d’autres non. Par ailleurs, le développement de cette « pourriture noble » suppose des conditions d’alimentation en eau de la vigne telles, qu’elles ne permettent pas l’éclatement de la pellicule des grains. Sa prolifération est seulement favorisée par des alternances journalières de périodes sèches et humides. Ici, précisément, intervient la petite rivière du Ciron, dont nous étudions par ailleurs la biodiversité (voir article).

La vigne ne doit donc pas être arrosée, elle doit être exposée au soleil du matin, et... elle doit être protégée des intrus indésirables (tel que « pourriture grise ») et accessible aux invités (« pourriture noble »). Les pesticides et fongicides largement utilisés, dit « systémiques » parce qu’ils pénètrent dans l’ensemble de la vigne jusqu’à la racine, sont présentés comme écologiques car ils ne sont pas lessivés par les pluies et ne partent pas dans le sol. Le soucis est cependant que si ces produits antibiotiques se rendent jusqu’au bout des racines on les retrouvent aussi... dans le raisin ! C’est pourquoi, à l’heure où des organismes tels que l’INRA par exemple, mais aussi le CTIFL et divers autres, ont mis en avant les possibilités d’accueillir d’autres végétaux sur les vignes afin d’héberger des écosystèmes utiles à la santé de la vigne sans avoir besoin de traitements ajoutés (tels les chênes truffiers par exemple) l’équipe du Domaine de la Chapelle initie une recherche expérimentale sur les techniques vraiment écologiques qui peuvent se montrer efficace pour protéger la vigne des indésirables et pour garantir la présence du botrytis dans sa version noble.

L’objectif, à terme, de cette parcelle exceptionnel de Sauternes, est de devenir une vitrine de démonstration de techniques saines et économiques (moins chères et plus pratiques), qui permettent d’augmenter encore la qualité de ce si bon vin qu’est le Sauternes.



,
date de publication : 4 avril 2010,
date de dernière mise à jour : 27 mai 2015


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :





La Météo sur le Domaine

Derniers commentaires

  • Des perles dans les sous-bois

    La culture en forêt de plantes ornementales ou médicinales marie économie et écologie Par Jean Hamann Il n’en pas simple de (...)

    - 02/04/2010